files/images/fromista_bfc_cyl_2017.jpg

Suivre la démarche

Le centre du Patrimoine Mondial s'adapte aux évolutions de la société et de la perception du patrimoine par les populations. C'est pourquoi, depuis plusieurs décennies, un ensemble de sites a la possibilité de mener une candidature commune : c'est ce que l'on appelle une candidature en série, et c'est dans ce cadre que s'inscrit la candidature clunisienne.

L'enjeu est donc, dans les années à venir, de constituer une liste de sites, en Europe, qui défendront la candidature clunisienne. Leur nombre et leurs caractéristiques, à terme, est aujourd'hui inconnu.

Quel nom pour la liste clunisienne ?
Le nom de la liste doit se conformer à la rigueur technique imposée par le Comité du Patrimoine Mondial et refléter les enjeux de la candidature. Au sein de l'équipe technique chargée de la rédaction du dossier, le débat est en cours entre Sites clunisiens européens qui met en avant la caractéristique commune de tous les lieux susceptibles d'intégrer la liste et Cluny et les sites clunisiens européens qui insiste sur le rôle central de l'abbaye bourguignonne dans le développement du phénomène monastique, politique, culturel et social. Les premiers travaux avec les sites permettront de trancher !

Qui peut candidater pour intégrer la liste ?
Tous les propriétaires d'une parcelle de l'héritage clunisien peuvent candidater pour rejoindre la liste, qu'ils soient des collectivités publiques ou des propriétaires privés, des sites importants ou modestes. C'est un engagement fort de la Fédération !

Comment se fait la sélection ?
L'équipe technique de la candidature travaille avec les représentants de chaque site pour confronter le patrimoine concerné à des critères objectifs, établis selon les recommandations de l'UNESCO. Les facteurs patrimoniaux sont l'un des tamis de la sélection ; la forte implication des acteurs locaux et l'engagement à faire vivre le patrimoine sont tout aussi importants.

Une candidature en série, une chance pour les sites clunisiens ?
Certes, le développement de la démarche est plus complexe... mais les sites clunisiens possèdent deux atouts majeurs.

Le premier, c'est que les actions culturelles transnationales développées par les sites clunisiens (certifiées par le Conseil de l'Europe depuis 2005) épousent les valeurs du centre du Patrimoine Mondial, que les professionnels du patrimoine appellent "l'esprit UNESCO".

Le second, c'est que la Fédération Européenne des Sites Clunisiens a développé, depuis plus de trente ans, une expérience majeure dans la coordination de projets internationaux.
files/images/pre_dossier_pochettes_640x640.jpg
  • Objectif 2023/2024 : les Listes Indicatives Nationales

    Sous l'égide de la Fédération, en lien avec les sites clunisiens candidats et les partenaires de la démarche, l'équipe technique entamera en 2021 la rédaction du dossier de la candidature, dans l'objectif d'inscrire une première liste de sites, évolutive, sur les listes indicatives nationales des pays partenaires.

    Le dossier de la candidature n'est pas un objet figé, mais un ensemble d'information évolutive qui s'enrichit au fur et à mesure de l'évolution de la démarche. Ce dossier contiendra la description du phénomène clunisien dans son ensemble et celle de chacun des sites qui composeront la liste candidate, la caractérisation de l'importance universelle du phénomène clunisien et la présentation des actions de protection et de valorisation locales et internationales du patrimoine clunisien.

    Que sont les listes indicatives nationales ?

    Chaque Etat partie prenante à l'UNESCO valide, dans son pays, un ensemble de biens patrimoniaux qu'il inscrit sur une liste indicative nationale ; c'est uniquement parmi ces biens déjà enregistrés qu'il peut ensuite sélectionner celui qu'il présentera pour inscription sur la Liste du Patrimoine Mondial. La liste clunisienne est un bien unique, et, même si un seul pays la présentera pour inscription, tous les pays qui abritent un site de la liste clunisienne devront l'inscrire dans leur liste indicative nationale. C'est une première étape, majeure et incontournable, dans le processus d'inscription au Patrimoine Mondial.

  • Focus sur... la socialisation de la candidature

    La socialisation, pour l'UNESCO, c'est le fait de rassembler les communautés locales autour de la candidature. Une approche qui est désormais décisive pour la validation de la valeur universelle du patrimoine et son inscription sur la liste du patrimoine mondial.

    Il s'agit, d'une part, de rassembler les acteurs concernés autour de la candidature et ceux qui, au quotidien, font vivre, animent et valorisent le patrimoine. Il s'agit par exemple des propriétaires et gestionnaires de sites, des administrations publiques locales et régionales, des communautés locales, des associations actives et leurs bénévoles, des écoles, des musées, des universités...

    Cette approche bottom-up (du bas vers le haut) et multiple est au coeur de la vision du patrimoine développée par la Fédération Européenne des Sites Clunisiens ; elle s'affinera avec la candidature.

    La socialisation comprend également l'ensemble des activités mises en place par la Fédération et les sites clunisiens qui permettent d'éduquer au patrimoine et de créer du lien social. Le champ est très large : recherche scientifique, visites guidées, ateliers pédagogiques, randonnées, expositions, colloques, arts, concerts... et n'a de limite que la créativité des citoyens réunis autour de leurs sites ! Les projets Clunypedia (numérique), Chemins de Cluny (randonnées pédestre) et Cluny Kids (pédagogie auprès des jeunes générations) sont trois exemples pertinents déjà mis en avant par l'équipe technique.

    La vision d'un patrimoine simple objet scientifique, historique ou artistique est réductrice. La démarche clunisienne incarne pleinement le lien entre le patrimoine et la société.